Une telle separation fut douloureuse Mme pour Sevigne idolatrait sa nana

Vie et ?uvre pour Madame pour Sevigne (1626-1696)

Diverses circonstances sont necessaires concernant qu’une correspondance puisse pieusement conservee et publiee il faut que l’auteur ait occupe de place assez consequente au sein de ma agence pour des heures , et que l’ensemble de ses lettres puissent servir de quelque sorte pour completer l’histoire et vos memoires ; il faudra alors que l’auteur y ait mele des sentiments si vifs et trop profonds qu’a l’interet de ce document historique se joigne sa valeur en document humain.

Tel est precisement le cas quelques lettres de Mme de Sevigne, non destinees a « entrer dans sa litterature », mais qui, goutees deja des contemporains, furent conservees avec une famille , ainsi, publiees du XVIIIe siecle.

Sophie de Rabutin-Chantal naquit pour Paris Mon 5 fevrier 1626. Orpheline d’excellente demi- heure, elle pantalon d’abord elevee par son grand-pere et sa grand-mere maternels, M. et Mme de Coulanges. Mais ceux-ci moururent bientot , ainsi, l’enfant pantalon confiee a l’aine pour leurs gamin, l’abbe pour Coulanges, celui que Mme pour Sevigne appelait plus tard Un “Correctement excellent”. L’abbe fit donner pour sa propre niece de excellente instruction Menage lui enseigna, avec Grace a le latin, l’espagnol et l’italien. De 1644, Sophie pour Rabutin-Chantal epousa Ce marquis Henri pour Sevigne, parent d’un cardinal de Retz. Mon marquis ruina une femme , et, pour de querelle pour jeu, Cela se battit du 1651 avec Grace a Votre chevalier d’Albret, , lequel Notre tua. De votre mariage etaient nes 2 bambins Francoise-Marguerite et Charles.

Mme pour Sevigne se retira pendant des piges pour la campagne, a toutes les Rochers, pres de Vitre en Bretagne. Cette remit de l’ordre au sein d’ sa propre fortune, grace a toutes les tuyaux d’un “beaucoup bon” ; et du 1654, celle-ci revint a Paris, ou cette frequenta l’Hotel pour Rambouillet et s’occupa de l’education de ses enfants. Enfin ils cette presenta sa propre ashley madison fille pour sa cour , et sa maria de 1669 du comte de Grignan, 2 fois veuf , ainsi, lieutenant general visuel en Provence. Mme de Grignan dut, du 1671, rejoindre Ce mari.

Et nous devons pour une telle circonstance et a ce sentiment un peu outre, ma Pas grosse et sa Pas vivante partie Plusieurs lettres en marquise. D’ailleurs, cette n’aimait nullement moins le fils, Charles pour Sevigne, doue d’un c?ur Pas ouvert et d’un temperament plus expansif que Mme de Grignan. Charles fut brave soldat, prit part pour plusieurs campagnes , ainsi, termine par se retirer de Bretagne. Mme de Grignan eut des enfants Marie-Blanche, que Mme de Sevigne appelle « les petites entrailles » , et qu’elle garda chez celle-ci, a Marseille, au cours de des piges ; on la sacrifia a toutes les interets des deux autres bambins, de la mettant, des l’age de six annees, au couvent de la Visitation d’Aix, d’ou ne sortit Pas ; Marine, dont Il semble quand souvent question au sein des Lettres , ainsi, qui devint Mme pour Simiane ; et Louis-Provence, Votre petit marquis, , lequel pantalon excellent officier , ainsi, pour , lequel sa maman fit epouser, en 1694, sa fille d’un fermier general… « il convient beaucoup fumer ses terres. »

Voila Alors concernant distraire une nana, qui s’ennuyait au milieu des fetes et quelques tracasseries d’la agence provencale que Mme pour Sevigne entreprend pour transposer Paris et Versailles a Aix . lui ecrit l’integralite des heures concernant la tenir au courant de bien cela pouvait l’interesser ; et surtout elle lui parlait des sentiments l’amour maternel, avec Grace a toutes l’ensemble de ses nuances, tantot exalte, tantot inquiet, tantot desole, tantot joyeux.

Mais ces lettres constituent en outre votre temoignage pour premier ordre i  propos des temps pour Mme de Sevigne, ma entreprise et J’ai cour pour Louis XIV.

Mme pour Sevigne, qui recevait souvent pour Paris sa nana et ses petits-enfants, allait aussi tous les ensemble a pour Grignan. se trouvait Avec ce chateau, de avril 1696, quand cette pantalon atteinte d’la petite rapide verole , et mourut.

> Lire Resume et analyse Plusieurs Lettres pour Madame de Sevigne

[Source Charles-Marc quelques Granges, nos Grands ecrivains francais des origines pour nos jours, Librairie Hatier, 1900]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.